Etat d’urgence

French flag

Quand la situation l’exige, il faut passer. Mais connaît-on vraiment l’ennemi ?

Il y a 4 profils de ‘méchants’ ou malveillants. L’histoire récente impose d’imaginer un cinquième. Voyons ces différents profils.

Le général Sun Tzu (- 800 avant notre ère) disait : « Si tu connais ton ennemi mieux que toi-même, tu n’as pas à t’inquiéter. »

Les 4 profils fondamentaux

Le Prédateur

Comme le Tyrannosaure, au sommet de la chaine alimentaire, et le feu, le prédateur détruit tout sur son passage. Il veut ne pas causer de mort, c’est sa nature. Il ne craint rien. Le criminel qui suit ce profil cherche, un fois son forfait accompli, à s’échapper sans être pris.

Le Voleur

Le voleur s’intéresse à ce qui peut lui rapporter. Il s’approche, prend ce qui a de la valeur et disparaît en évitant que l’on puisse le retrouver. S’il détruit, c’est pour faciliter son forfait et effacer ses traces.

Le Conquérant

Le conquérant est un voleur particulier. Son but est de prendre la place – la vôtre – et de la tenir le plus longtemps possible. Ce peut être un général, un concurrent ou l’amant de votre compagne. Ce qu’il détruit, c’est vous, votre image, votre mémoire. Les dommages collatéraux ne le gênent pas.

Le Joueur

Moins dangereux a priori, le joueur vole des informations, des accès. il vole votre place un instant – en s’appropriant votre page web par exemple – le temps de montrer sa force, sa compétence. Il publie ses exploits sous un pseudonyme, parce que s’il veut se montrer, il ne cherche pas à se faire prendre.
Il se veut ‘moustique’ qui agace. Il trace souvent la route les trois autres. Il n’en est donc pas moins dangereux.

Le 5e profil

Le terroriste

Actif au premier plan depuis une quinzaine d’années, le terroriste n’est, en fait, pas un nouveau . Ce qui le différencie des autres, c’est sa versatilité, son agilité. Il choisit, selon un plan préétabli, quel rôle il va jouer. Passant allègrement de l’un à l’autre, semant le désarroi car il se rend imprévisible et, donc, incontrôlable.

C’est ce qui le rend si dangereux.

C’est ce qui rend ces actions si spectaculaires et ses succès si tragiques.

 

Ces cinq profils de méchants se retrouvent partout. Ils ne sont pas seulement « à l’extérieur. » Ils ne viennent pas seulement de l’extérieur. Ils sont au milieu de nous.

Ce sont nos voisins – si gentils. Ce sont nos clients, nos fournisseurs, nos concurrents, nos dirigeants – à quelque niveau que se soit. Ils surgissent au milieu de nous par désaccord, par incompréhension, par haine. Leurs actes et leurs conséquences sont semés comme des œufs de coucou, fertilisés par notre indifférence et notre égocentrisme. Par notre aveuglement.

Nous leur donnons naissance. Nous les nourrissons. Nous les élevons.

Parallèle

Dans notre système d’information et notre système informatique, ils sont les visiteurs de nos sites, nos utilisateurs autorisés, nos utilisateurs privilégiés. Ils sont aussi les hackers et autres intrus. Les ‘œufs de coucou’ sont déposés par nos actes banals, quotidiens, réalisés en toute inconscience des dangers.

Ces profils simplifiés sont valides dans tous les domaines de la vie : guerres et criminalité de tout bord. Les intégristes et dogmatiques de tout poils qui se croient détenteurs de la seule vraie vérité.

Comme si cela existait…

S’il faut en croire les scientifiques et les philosophes, le but de l’humanité est de maitriser et d’augmenter encore et encore le savoir, la connaissance.

Etudier, c’est collecter, analyser et évaluer des informations.

Des informations que l’on laisse, souvent, accessibles alors qu’on devrait les cacher. Par négligence, par méconnaissance, par inconscience.

Je ne porte aucun jugement, ici. J’énonce un fait.

Notre méconnaissance et notre inconscience viennent du fait que l’information – de par sa nature immatérielle – est difficile à cerner, donc à gérer de façon cohérente. Elle en est d’autant plus difficile à protéger.

Et c’est un métier nouveau qui a à peine quinze ans.

Mais « la valeur n’attend pas le nombre des années » disait un grand poète français…

 

Alors, étudions, formons nous, prenons conscience du problème et apportons-y de vraies solutions, pas des emplâtres sur une jambe de bois.

J’y reviendrai la prochaine fois.

 

A bientôt, plus en sécurité avec vos informations.

Jean-Luc

2 comments for “Etat d’urgence

  1. jamal
    15 novembre 2015 at 22 h 45 min

    Bonsoir Jean Luc

    Je me permets de répondre à ta question

    Mais connait-on vraiment l’ennemi ??
    Ma réponse est ouiiiiiii

    A chaque action du durcissement de notre sécurité (SI ou civile) y’a des voix pour crier les droits de l’homme et de la liberté?? Est-ce que la liberté de nous tous n’est pas plutôt de pouvoir circuler partout et à tous moments en toute sécurité??
    Un point de départ de notre sécurité c’est : Arrêtons d’être laxiste ………………
    Dans notre plan de traitement de risque parfois on est amené à éviter le risque est ce ça sera pas pareil pour le 5ème profil ???
    En plus de ce que tu as énoncé, c’est un lâche, qui a subit énormément d’échec dans sa vie qui a commis des actes de malveillance par ci et par là voir des délits ,qui n’a aucun état d’âme et aucune raison de vivre , qui a la haine dans le cœur…………….. Est-ce toutes ses caractéristiques ne nous permettent pas de le profiler par avance et entamer des scénarios des menaces et produire un plan de risque ? Par la suite éliminer ce risque par des actions proactives avant que l’impact soit 129 vies humaines et quelque 400 blessés et des millions touché dans leurs âmes ?

    • jeanluc
      16 novembre 2015 at 9 h 52 min

      Bonjour Jamal
      Il semble que mon article ait réveillé quelques plumes. Les circonstances aussi, hélas.
      Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais laisse-moi y réfléchir. Le prochain article analysera la stratégie des différents profils. le terroriste endosse sans doute les autres rôles selon son plan, mais sa stratégie est différente. Ses moyens également.
      Ce n’est qu’une fois connue la stratégie de l’ennemi que nous serons capables d’y répondre de façon adéquate.
      Je te répondrai donc en détail la fois prochaine.
      Cordialement
      Jean-Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *