Tournez le dos au Big Data…

Conserver ou jeter?

Nous sommes tous des ‘conservateurs’. Nos greniers et nos caves sont remplis de choses ‘qui pourraient servir un jour’… et qui nous encombrent. Il est parfois nécessaire de faire un ‘nettoyage de printemps’.

Il en est de même pour nos informations. Elles sont tellement nombreuses que nous éprouvons d’énormes difficultés à nous y retrouver ou que nous les oublions. Et pourtant nous nous sentons obligés d’en assurer la conservation. Cela coûte… pour pas grand chose

Il y a des informations que vous retrouverez facilement, surtout sur internet, puisque rien de ce qui y entre ne disparaît vraiment.

Conservation et stockage

Le papier vieillit, prend à la fois de la place, pèse lourd… et brûle bien. Les photos jaunissent ou les couleurs s’affadissent. On a appris à transférer tout sur nos ordinateurs

Cela demande de grandes capacité de stockage, des backups/sauvegardes qu’il faudra régulièrement vérifier, mettre à jour et moderniser : car les technologies ne sont pas éternelles, elles évoluent et ne conservent vos données que quelques années…

On a besoin d’augmenter régulièrement la taille de nos disques durs (externes) et de prévoir des solutions ‘anti-pertes’, ‘permanentes’ et ‘automatiques’. Voici quelques exemples

RAID désigne les techniques permettant de répartir des données sur plusieurs disques durs afin d’améliorer soit les performances, soit la sécurité ou la tolérance aux pannes.

Le serveur de stockage en réseau, plus simplement NAS (de l’anglais Network Attached Storage), est un serveur de fichiers autonome de grand volume centralisé pour tous les clients reliés au réseau.

Le cloud computing, ou l’informatique en nuage, est l’exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, généralement Internet. Mais on n’est jamais sûr si d’autres ne vont pas y regarder…

Ce qu’il faut garder :

  • Les factures, documents et preuves qui servent aux déclarations fiscales, aux paiements et aux assurances. La durée dépend des législations locales et de la validité des contrats;
  • Le courrier et les mails qui demandent action ou ceux qui servent de preuve d’action… le temps nécessaire;
  • Ce qui sert de support à notre connaissance et à notre compétence, le temps nécessaire… à condition de s’y référer régulièrement. Les vieux livres de cours ont perdu beaucoup de leur valeur après dix ans.
  • Ce qui a, pour nous, une valeur sentimentale certaine : photos et films, disques et musiques, etc.… autant que nous le souhaitons
    Combien sont désolés de ne plus retrouver des photos de leur enfance, de leur mariage ou le film des premiers sourires et premiers pas des enfants ? Cela peut même gagner en valeur avec le temps pour ceux qui font de la généalogie ou pour permettre aux enfants, devenus grands, de se souvenir.
    « Parce que sans souvenirs, sans mémoire et sans histoire, nous n’existons pas. »

Classer et trier

SI vous voulez retrouver ce que vous conservez, il vous faut un inventaire avec une indication de l’endroit où vous l’avez rangé. Cet inventaire doit être tenu à jour, sinon il ne sert à rien.

Il est utile également, je le répète, de déterminer la valeur de ces informations (= classifier) afin d’y apporter la protection adéquate.

Le tri est utile d’abord afin d’éviter de donner le même niveau de protection (souvent maximal) à tout et n’importe quoi. Comme certains aliments qui se conservent au congélateur en veillant à ne pas briser la chaine du froid, d’autres du réfrigérateur, d’autres à température ambiante.

Je ne dis pas que c’est mal de conserver. Je pense qu’il faut faire le tri et jeter ce qui ne nous servira plus. Inutile d’organiser une brocante ! Si l’information (un livre, un magazine, etc.) a eu de la signification et de la valeur pour nous, ce n’est sans doute pas le cas pour les autres. Sauf quelques vieux livres que l’on peut échanger contre quelques euros.

Jeter

Le reste ‘c’est du superflu’. Il faut le jeter sans hésitation… mais pas n’importe comment. Ce n’est pas parce que un document ou une photo n’a plus d’utilité ou de valeur pour nous qu’elle n’en a plus pour d’autres qui pourraient en profiter pour nous nuire.

La classification déterminera ce qui se met à la corbeille et ce qui doit passer à la déchiqueteuse.

En un mot, le Big Data, ce n’est pas pour tout le monde !

 

Avez-vous déjà éprouvé des difficultés à conserver, à trier ou à jeter des vieux papiers ? Comment vous en êtes-vous sorti ?

A bientôt, plus en sécurité avec vos informations

Jean-Luc

Crédit photo : http://www.lesgreniersdisidore.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *