La sécurité de l’information, c’est …

Sécurité de l’information vs sécurité routière

????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Dans mon article précédent, je vous ai intéressés à l’insécurité. Par des exemples, j’ai montré comment l’incertitude qui nous entoure peut faire grandir ce sentiment. Je poursuis mon survol en parlant de son contraire : la sécurité.

Pour faire simple, la sécurité est l’ensemble des attitudes, comportements et actions destinées à lutter contre l’insécurité et l’incertitude.

Comme l’insécurité est un sentiment, chacun lui donnera un sens et un poids particuliers. Chacun verra la sécurité selon le même angle. Au plus le sentiment d’insécurité est faible, au moins on aura besoin de sécurité et vice versa.

La sécurité est donc, le sentiment d’être à l’abri du danger. (Le Petit Robert 2009)

La sécurité serait donc l’ensemble des mesures que vous prenez afin de vous rassurer, de vous donner confiance. Elle étend  votre zone de confort et de contrôle personnel sur votre environnement.

Exemples de mécanismes de sécurité.

Les freins, les ceintures de sécurité et les airbags (entre autres) sont des mesures de sécurité sur votre voiture. Mais elles ne vous servent pas à grand chose si vous roulez trop vite dans une grande flaque d’eau ou sur les bas-côtés (boueux) de la route. Vous risquez de rencontrer la trajectoire d’un arbre baladeur ou – dans le meilleur des cas – d’arriver en retard à votre rendez-vous.

Le problème avec la sécurité

Comment lutter contre un sentiment – négatif – quand il est ‘flou’ ? Comment le remplacer par un autre sentiment – qui devrait être positif ?

On s’aperçoit vite que les 3 grâces de l’insécurité  sont des obstacles majeurs. Et l’ignorance masque, volontairement ou non, à la fois la perception de l’insécurité, ses causes, ainsi que les moyens d’y remédier.

Sécurité de l’information

Mais mon propos se centre sur les informations.

Comment décrit-on (et mesure-t-on) cette incertitude/insécurité face à cet objet virtuel (la signification de la donnée) et intangible (la valeur que l’on lui attribue) ? C’est sur ce point que nous nous étendrons aujourd’hui.

La sécurité routière …

Les nombreux dispositifs de sécurité de la voiture (dont l’efficacité est couronnée d’étoiles au ‘crash test’) n’ont que peu d’effet sans les autres mesures, plus générales et globales :

  • le code de la toute ;
  • l’attention aux conditions météo, aux autres conducteurs ;
  • la conception, la construction et l’état des routes et des carrefours ;
  • la présence et l’emplacement des panneaux et signaux routiers (de danger entre autres) ainsi que le fonctionnement correct des signaux lumineux.

Mais cela veut-il dire que le piéton est fou car il ne circule pas dans un véhicule sécurisé ? La jeune maman qui conduit son enfant au parc dans son landau pour profiter du bon air commet-elle une erreur ?

Les piétons et les cyclistes ne respectent pas toujours le code et traversent où et quand bon leur semble… mais vous serez responsable (au moins partiellement) parce que vous n’aurez pas fait assez attention.

Le code de la route et tous les autres mécanismes de sécurité routière, sont destinés à protéger non pas les voitures, mais les usagers faibles : les être humains.

Si nous étions superman, la sécurité serait moins nécessaire. Pourquoi ? Parce que les conséquences d’un accident seraient bien moins ‘graves’ ou sévères.

A quoi sert un véhicule, quel qu’il soit – et d’emprunter la route -, sinon à se déplacer d’un endroit à un autre dans des conditions acceptables de temps, de confort et de liberté?

Bien sûr, on arriverait plus vite à un rendez-vous (on peut donc partir plus tard !) si les limitations de vitesse n’existaient pas. Mais c’est sans compter les aléas de la route, les imprudents, les conditions météo et un pneu crevé à 90 km/h.

… vs la sécurité de l’information

Si on veut transposer cette métaphore en sécurité de l’information, l’usager faible, c’est l’information. Elle est en effet vulnérable par nature.

La voiture, les autres véhicules et les routes sont l’équivalent de la technologie de l’information (ordinateurs et téléphonie avec les réseaux de communication).

Les mécanismes de sécurité de la voiture sont les antivirus, les pare-feux, les contrôles d’accès, la cryptographie, etc. Je reviendrai à l’occasion sur ces différents mécanismes.

Un code de l’information décrivant de comportement que chacun devrait avoir pour ses propres informations (sa vie) et celles des autres (leur vie et leur santé) serait utile. Il n’existe pas. Vous devez l’écrire vous-même !

Comme beaucoup de manipulations d’informations sont encore réalisées par l’homme ou le papier, il faut redoubler de prudence quand le territoire de l’un colle à celui de l’autre ou le traverse.

A quoi servent les supports et les technologies de l’information si ce n’est à accroître nos connaissances, à prendre des décisions et à mener des actions ?

Bien sûr, cela va beaucoup plus vite et on traite aussi beaucoup plus d’informations simultanément avec les technologies de l’information (Internet, Wifi, 3G/4G). Mais s’est sans compter avec le fait que l’on est un bavard invétéré (surtout quand on a bu), qu’on ne vérifie pas ses informations, ou qu’on ne tient pas compte des ‘oreilles indiscrètes’ sur et hors des réseaux – les aléas de la société contemporaine.

Conclusion

Oui, la sécurité de l’information est nécessaire, car l’insécurité est bien plus grande que l’on le pense généralement.

Oui, la sécurité de l’information peut – et doit – être un ensemble de mesures positives et libératrices.

Oui, la sécurité de l’information peut être moteur de progrès et de succès, bien plus que de se laisser bercer par les 3 grâces de l’insécurité.

Sur le plan personnel, il faut se forger une attitude, une habitude de précaution et de sécurité.

 

Alors, êtes-vous prêts pour le changement ? Pour un saut dans un univers plus sûr ? Pour élargir votre zone de confort et de contrôle ?

C’est mon invitation.

 

A bientôt, plus en sécurité avec vos informations…

Jean-Luc

(crédit photo: Dreamstime)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *